bof

Quelle scolarité pour l’enfant intellectuellement précoce?

Présidente de l’Anpeip (Association Nationale Pour les Enfants Intellectuellement Précoces) depuis 2014, Emmanuelle Brunet connaît parfaitement la thématique de l’enfant intellectuellement précoce. Entre fantasmes et réalités, celle-ci estime que « beaucoup reste à faire » en dépit des avancées récentes. Car être intellectuellement précoce n’est pas toujours signe d’une scolarité épanouie !

 

Peut-on définir ce qu’est un enfant intellectuellement précoce ? Si oui, quelle définition peut-on en faire ?

Avant toute chose, cela ne signifie pas forcément que ces enfants sont plus intelligents mais qu’ils possèdent un mode de fonctionnement et des caractéristiques particulières. On peut citer parmi ces caractéristiques un raisonnement en arborescence, un esprit fulgurant ou encore une sensibilité exacerbée et un caractère à fleur de peau. En résumé, il s’agit plus d’une intelligence qualitativement que quantitativement différente. Et ce sont tous ces éléments qui expliquent que les enfants intellectuellement précoces puissent parfois se retrouver en marge.saut de ligne

Concrètement, comment reconnaître un enfant intellectuellement précoce ?

Déjà, en ne faisant surtout pas de bilan intellectuel sur le web, car les résultats de ces tests qui fleurissent n’ont aucune valeur. Le mieux est encore de se rendre chez un professionnel compétent, en mesure d’établir un bilan global, et plus particulièrement un test de QI. Il faut toutefois se montrer prudent avec l’étiquette du chiffre. S’il est généralement admis que la majorité des enfants intellectuellement précoces ont un QI supérieur à 125 ou 130, des troubles associés peuvent faire chuter ce chiffre et fausser le résultat. C’est pourquoi nous considérons que le contenu du bilan, et notamment le fonctionnement cognitif de l’enfant, est encore plus important et doit être pris en compte au-delà du résultat chiffré. Un certain nombre de professionnels intègrent d’ailleurs déjà cette démarche dans leur travail quotidien.saut de ligne

Comment savoir si son propre enfant est intellectuellement précoce ? Que faut-il regarder en particulier ?

Cela reste compliqué car il existe beaucoup de profils différents chez les enfants intellectuellement précoces, qui s’expriment à des degrés variés et sous des formes diverses. Jean-Charles Terrassier, qui a défini le concept d’enfant intellectuellement précoce, dresse dans son « Inventaire d’identification des enfants surdoués » une liste d’éléments à même d’attirer l’attention des parents et des professionnels de l’éducation. Mais le mieux est là encore de se tourner vers des professionnels ou des structures qualifiées.saut de ligne

Quelles conséquences, dans le cadre de la scolarité plus particulièrement ?

Avant toute chose, il faut battre en brèche une idée reçue : un enfant intellectuellement précoce n’est pas forcément un premier de la classe ! Alors que certains connaissent une parfaite réussite scolaire, d’autres sont en échec, ce qui s’explique par les caractéristiques des uns et des autres. Ayant un mode de fonctionnement différent, ces enfants sont tous différents mais au final, seuls certains nécessitent des besoins éducatifs particuliers.saut de ligne

Combien d’élèves cela représente-t-il potentiellement en France ? Quid d’une éventuelle sous-évaluation ?

Je préfère rester très prudente avec les chiffres dont on dispose, d’autant qu’ils datent de plusieurs années et qu’il s’agit de simples estimations. Pour donner un ordre de grandeur, cela représente au moins un enfant par classe. Mais difficile d’en dire plus dans la mesure où on manque de données chiffrées. Le seul pays où tous les enfants ont été systématiquement testés est Israël, mais les chiffres sont restés secrets.saut de ligne

De quelle reconnaissance bénéficient ces enfants à l’échelle nationale ?

Médicalement parlant, la précocité intellectuelle ne relève pas du champ du handicap. Longtemps ignorée, celle-ci bénéficie désormais d’une reconnaissance officielle de la part de l’Education Nationale, ce qui est une avancée notable. Ces enfants sont ainsi reconnus comme ayant des besoins éducatifs particuliers, ouvrant la voie à de possibles dispositifs d’aménagement scolaire (ex : PPRE, Programme Personnalisé de Réussite Educative). Dans ce cas, il est fortement conseillé de mettre tous les acteurs (professionnels de l’éducation, parents…) autour de la table. Néanmoins, beaucoup reste à faire, en termes par exemple de formation des maîtres, qui a longtemps été inexistante ou presque.saut de ligne

Faut-il laisser un enfant intellectuellement précoce dans le système classique ou opter pour des structures spécialisées ?

C’est souvent un choc pour les parents qui apprennent que leur enfant est intellectuellement précoce, avec un sentiment paradoxal à la clé. Autant ce peut être une fierté, autant cela peut pousser des parents à s’inquiéter et à se raccrocher à des écoles spécialisées. Les institutions spécialisées, privées, représentent un réel choix de vie. La réponse de l’Anpeip est plus pragmatique et se fait finalement au cas par cas. On conseille ainsi en général de laisser l’enfant dans le système classique. Si cela ne fonctionne pas, d’autres solutions existent, dont lesdites structures spécialisées.saut de ligne

Quels autres conseils pouvez-vous donner à des parents concernés par ce sujet ?

Le plus important, c’est que les enfants ne soient pas isolés. Qu’ils ne se sentent pas seuls et voient qu’ils ont des pairs autour d’eux. C’est pourquoi nous incitons les familles et les parents concernés à se rassembler, à fédérer les forces, à privilégier le contact direct et l’échange. Sans toutefois tomber dans l’automédication et tout en maintenant leur confiance aux professionnels œuvrant dans ce domaine.saut de ligne

Pouvez-vous nous parler de l’Anpeip ?

Créée à Nice en 1971, l’Anpeip (Association Nationale Pour les Enfants Intellectuellement Précoces) est une fédération nationale agréée par l’Éducation nationale en tant qu’association complémentaire de l’enseignement public. Nous sommes avant tout une association familiale, avec de nombreuses antennes régionales et/ou locales à travers la France. Nous militons pour la reconnaissance des enfants intellectuellement précoces, pour une compréhension plus juste de leur «fonctionnement », pour une meilleure prise en charge de leurs besoins particuliers à la maison comme à l’école, pour veiller à la bonne application des directives des derniers Bulletins officiels de l’Éducation nationale. Mais, aussi et avant tout, pour faire changer le regard des institutions et du grand public à leur égard.saut de lignePropos recueillis par S.C

 

Plus d’informations : éducation nationale

Plus d’informations : site de l’Anpeip Lyon et ses environs :

L’ANPEIP Lyon est agréée par le ministère de l’Éducation nationale ainsi que par l’UDAF (Union Départementale des Associations de Familles). Elle a été créée en 1998 par Gisèle et Gérard Monin, enseignants. L’association compte en moyenne chaque année une centaine de familles adhérentes. Elle regroupe aussi les départements du Rhône (69), de l’Ain (01), de la Loire (42) et une partie de la Drôme (26) et de l’Ardèche (07).saut de ligne

Siège ANPEIP Lyon : 5, rue Bossuet, 69330 MeyzieuMail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.logo_EIP

https://www.familygardn.fr/blog/

Publié le 29 janvier 2016 (Modifié le 22 février 2016)

!-- Matomo -->