bof

2 nov 2010 - Sortie à la Base Navale de l’Adour

 

Sortie à la Base Navale de l’Adour (Bayonne),
Le mardi 2 novembre 2010.

 

base_navale
Depuis le hall, nous l’apercevons de loin,  et nous sommes impatients d’y accéder… Nous l’avons juste derrière nous lors de la photo de groupe sous l’arche emblématique de la Marine Nationale !

 

Mais d’abord, la dame en bleu, le “maître”, nous accueille et nous montre de belles images de mer, de sous-marins, de porte-avions, d’hélicoptères, de pilotes de chasse et de commandos en action…

 

Nous comprenons qu’en temps de paix, la Marine Nationale joue un peu le rôle de Gendarmerie Maritime, à l’affût des trafics, prête à chasser le pirate… mais qu’elle est aussi là pour intimider les méchants pays qui auraient la curieuse idée de vouloir nous faire la guerre.

 

Des questions compliquées fusent…. Il est parfois difficile d’y répondre… C’était quoi déjà la fréquence de ce radar ?

 

Puis, enfin, nous sortons de la salle multimédia pour nous diriger vers la mer… Encore une halte cependant : l’atelier. Ses machines curieuses, aux noms bizarres, tours, fraiseuses, plieuse, sableuse, nous laissent un peu perplexes. Nous savons qu’elles servent à réparer les pièces défectueuses des bateaux, mais comment fonctionnent-elles ?

 

Et nous y voilà : il est devant nous, ce “bâtiment”. C’est l’Aramis. Il est en escale et son équipage le remet en condition après ses dernières tribulations : un peu de peinture par ci, un peu d’huile par là… tout doit être impeccable !

 

Nous le visitons par petits groupes et nous découvrons le pont avec le socle de la “12-7” (prononcez “doucette” J) et les ossières , la passerelle avec les instruments de navigation, la cuisine où tout doit être bien amarré, le carré où se restaurent et se détendent les marins, les couchettes bien étroites pour de si grandes carrures. C’est étrange l’intérieur d’un bateau tout de même. Et son capitaine est bien fier de nous le montrer.

 

Une fois tous réunis, une dernière surprise nous attend : un atelier de matelotage… autrement dit, une initiation au nouage de bouts. Le noeud simple, le noeud en huit, le noeud de chaise avec le serpent qui sort du puits et s’enroule autour de l’arbre n’ont plus de secrets pour nous !

 

Merci aux familles de nous avoir confiés leurs enfants. Nous serons heureux de les voir encore réunis, et nous l’espérons en compagnie de nouveaux camarades, lors d’une prochaine visite.

 

À très bientôt !

!-- Matomo -->